Publi-rédactionnel réalisé par Le Quotidien du Pharmacien Agence pour Arkopharma - La membrane d’œuf, une source naturelle de collagène, et autres éléments bénéfiques aux articulations

Publi-rédactionnel réalisé par Le Quotidien du Pharmacien Agence pour ArkopharmaLa membrane d’œuf, une source naturelle de collagène, et autres éléments bénéfiques aux articulations

Caroline Nidelet
| 09.05.2017

Apporter une solution aux 6 à 7 millions de personnes qui souffrent de gêne induite par une détérioration du cartilage articulaire en France (1) impose d’envisager toutes les pistes de prise en charge et notamment de rechercher de nouveaux actifs. La membrane d’œuf fait partie de cette catégorie en permettant, notamment, une réduction de la sensibilité articulaire et une amélioration de la mobilité selon différentes études.

  • header Arkopharma
  • ENCADRE
La membrane d’œuf ou plutôt les membranes, puisqu’il en existe une interne et une externe, se situent entre la coquille et le blanc de l’œuf. Elles sont douées d’une grande capacité de résistance ainsi que d’étirement et ont un rôle majeur dans la protection contre les bactéries et les moisissures.
Ces membranes coquillères sont, entre autres, riches en ­protéines fibreuses, comme le collagène, en glycosaminoglycanes, comme le chondroïtine sulfate, l’acide hyaluronique, et en hexosamines...

Ce contenu est réservé aux professionnels de santé

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacie

À la Une Activité officinale : le calme après la tempête

Après avoir connu deux vagues records correspondant l'une à l'afflux de demandes de paracétamol et de renouvellement d'ordonnances, l'autre à des prescriptions insolites en hydroxychloroquine, l'activité officinale est en chute libre depuis dix jours. Comment faire face à cette situation inédite sans trop de casse ? Commenter

Partenaires