Mycophénolate - L'accord de soins rarement demandé au comptoir

MycophénolateL'accord de soins rarement demandé au comptoir

Charlotte Demarti
| 20.03.2017

Près de 30 % des femmes greffées du rein traitées par mycophénolate n’ont pas connaissance de la tératogénicité du médicament, selon une enquête réalisée auprès de 99 patientes. Quant au formulaire d’accord de soins, obligatoire, il est rarement remis par le médecin… et rarement demandé par le pharmacien.

Combien de pharmaciens demandent aux patientes de leur montrer leur accord de soins signé lors d'une délivrance de mycophénolate (Cellcept, Myfortic) ? Pas assez, selon l'association de patients Renaloo, qui a mené l'enquête auprès de 99 femmes en âge de procréer, greffées du rein, qui prennent cet immunosuppresseur (enquête en ligne). Seulement 6 % d'entre elles ont dû présenter le formulaire au pharmacien pour obtenir leur médicament, et seulement 12 % indiquent que leur...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
LEEM

Les entreprises du médicament veulent renouer avec les pharmaciens

Le LEEM, organisation professionnelle des entreprises du médicament, s'est fixé l'objectif de revaloriser ses relations de travail avec les professionnels de santé, au premier rang desquels il cite les pharmaciens. Parmi les... Commenter

Partenaires