Mycophénolate - L'accord de soins rarement demandé au comptoir

MycophénolateL'accord de soins rarement demandé au comptoir

Charlotte Demarti
| 20.03.2017

Près de 30 % des femmes greffées du rein traitées par mycophénolate n’ont pas connaissance de la tératogénicité du médicament, selon une enquête réalisée auprès de 99 patientes. Quant au formulaire d’accord de soins, obligatoire, il est rarement remis par le médecin… et rarement demandé par le pharmacien.

Combien de pharmaciens demandent aux patientes de leur montrer leur accord de soins signé lors d'une délivrance de mycophénolate (Cellcept, Myfortic) ? Pas assez, selon l'association de patients Renaloo, qui a mené l'enquête auprès de 99 femmes en âge de procréer, greffées du rein, qui prennent cet immunosuppresseur (enquête en ligne). Seulement 6 % d'entre elles ont dû présenter le formulaire au pharmacien pour obtenir leur médicament, et seulement 12 % indiquent que leur...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Prescription électronique

À la Une Ordonnance électronique : c'est pour quand ? Abonné

En chantier depuis plusieurs années, l’application de l’e-prescription va s’accélérer, une évolution rendue nécessaire par la sécurisation de la transmission des ordonnances. Mais aussi par l'encouragement des professionnels de santé à la coordination des soins. Commenter

Partenaires