Mycophénolate : l’accord de soins trop peu appliqué

Mycophénolate : l’accord de soins trop peu appliqué

Charlotte Demarti
| 14.03.2017
  • Consultation

Près d’un tiers des femmes greffées du rein sous mycophénolate ignore la tératogénicité du mycophénolate. Quant au formulaire d’accord de soins, il n’est quasiment jamais donné par le médecin lors de la prescription, ni demandé par le pharmacien lors de la délivrance.

Depuis le 30 septembre 2016, les femmes greffées en âge de procréer doivent, pour que le pharmacien leur délivre leur traitement de Cellcept ou de Myfortic, lui présenter tous les six mois un formulaire...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires