Dépakine - Une affaire à retardement

DépakineUne affaire à retardement

Mélanie Maziere
| 05.01.2017

Le drame sanitaire s’est dessiné progressivement, à bas bruit. Les effets tératogènes du valproate de sodium ne font plus aucun doute aujourd’hui. Mais l’information a mis du temps à atteindre les autorités sanitaires, les prescripteurs et les patientes.

Fin 2014, l’Agence du médicament européenne (EMA) recommande de renforcer les restrictions d’usage du valproate de sodium (Dépakine, Dépakote, Dépamide, Micropakine et génériques) chez la femme enceinte. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met donc en place, en mai 2015, des conditions de prescription et de délivrance (CPD) restreintes à certains spécialistes, qui doivent éviter de prescrire ces médicaments chez toute femme en âge de procréer....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rupture stock

Médicaments : le plan anti-rupture du LEEM

Le LEEM l'avait annoncé par la voix de son président Philippe Tcheng lors de ses vœux, c'est chose faite. Les industriels du médicament présentent leur plan d'actions en six points pour agir contre les pénuries de médicaments.... 4

Partenaires