À la une - Gare aux effets retard du terrorisme

À la uneGare aux effets retard du terrorisme

21.12.2015

Les risques que contiennent les troubles psycho traumatiques non décelés chez les victimes du terrorisme sont réels. Quelques semaines après les événements de Paris, pharmaciens et médecins se sont réunis pour s’exercer au repérage de ces symptômes, à la mairie du Xième arrondissement, un quartier touché à deux reprises par les attentats.

  • Des effets à long terme sur le psychisme

Une soixantaine de victimes des attentats de novembre sont encore aujourd’hui hospitalisées. Nul ne peut en revanche chiffrer le nombre de personnes souffrant des conséquences psychiques des attentats. Et pour cause. Alors que les conséquences psychologiques d’une catastrophe naturelle tendent à s’estomper au bout de quatre à six semaines, les troubles post-traumatiques consécutifs à des faits perpétrés par l’homme perdureront pendant des mois, voire des années. Pire, non diagnostiqués,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 10

Partenaires