L’URPS Pharmaciens Ile-de-France fait le pari de l’interprofessionnalité - Contraception, prévention des grossesses non désirées : la pharmacie, lieu d’information et d’orientation

L’URPS Pharmaciens Ile-de-France fait le pari de l’interprofessionnalitéContraception, prévention des grossesses non désirées : la pharmacie, lieu d’information et d’orientation

13.10.2014

Améliorer la prise en charge de la santé sexuelle au comptoir. Tel est l’objectif de l’expérimentation « Contraception, IST… Pour en savoir plus… » engagée par l’URPS Ile-de-France. Un projet qui positionne le pharmacien dans une coopération interprofessionnelle.

  • Une expérimentation qui doit trouver son financement avant de s’étendre

L’UNION régionale des professionnels de santé (URPS) Pharmaciens Ile-de-France en est convaincue : le pharmacien a un rôle majeur à jouer en matière de prévention des grossesses non désirées. La France affiche 220 000 interruptions volontaires de grossesse (IVG) chaque année. Un nombre qui reste stable depuis une dizaine d’années. Et l’Ile-de-France, avec un taux d’IVG pour 1 000 femmes en âge de procréer de 19,3, se situe au-dessus de la moyenne nationale de 14,7. Par ailleurs, les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires