Un chercheur danois dénonce les dangers du surdiagnostic - Le dépistage du cancer du sein remis en cause

Un chercheur danois dénonce les dangers du surdiagnosticLe dépistage du cancer du sein remis en cause

11.10.2012

En France comme dans beaucoup de pays développés, les pouvoirs publics promeuvent avec force le dépistage mammographique des cancers du sein. Pourtant, l’analyse rigoureuse de plusieurs données scientifiques remet en cause l’intérêt de ces programmes et pointe les dangers du surdiagnostic et les dérives des surtraitements, comme l’a montré un débat organisé par la revue « Prescrire ».

  • L’interprétation des mammographies donne lieu à de nombreuses erreurs

AU DÉPART, le dépistage mammographique du cancer du sein partait d’une bonne intention, celle de guérir et de réduire la mortalité, on était dans une idéologie du dépistage. « À ce jour, le véritable effet du dépistage n’est toujours pas connu avec certitude, et il serait temps de disposer de données factuelles et d’en débattre en posant les bonnes questions », affirme le Pr Peter Gotzsche, chercheur et directeur du centre nordique de Cochrane, dont l’ouvrage « Mammography screening »...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires