Journée mondiale de la sclérose latérale amyotrophique - Le message d’espoir d’une pharmacienne engagée

Journée mondiale de la sclérose latérale amyotrophiqueLe message d’espoir d’une pharmacienne engagée

18.06.2012

Dans 3 jours, le 21 juin sera une nouvelle fois la journée mondiale consacrée à la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Un temps pour sensibiliser le public à cette maladie, mais surtout pour soutenir les malades et leurs familles dans ce combat inégal. À cette occasion, nous avons rencontré Michèle Soulet, pharmacienne et auteur d’un livre témoignage dans lequel elle livre le récit à la fois éclairant et poignant de la maladie de son mari.

  • Le message d’espoir d’une pharmacienne engagée - 1
  • Le message d’espoir d’une pharmacienne engagée - 2

FAIRE un tour dans les coulisses de la maladie et découvrir ce que l’on ne voit pas au comptoir… Au fil des pages, Michèle Soulet, pharmacienne d’officine, raconte la vie aux côtés de son mari, praticien hospitalier, décédé d’une SLA en 2011. Jour après jour, elle décrit comment la maladie s’est imposée dans leur foyer et dans leur vie de couple et comment, par la force des choses, ils ont fini par accepter sa présence et son issue fatale. Pourtant, « Souris à la vie* » n’est pas un livre...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires