Campagne ministérielle contre les TMS - Chefs d’entreprise, posez-vous les bonnes questions !

Campagne ministérielle contre les TMSChefs d’entreprise, posez-vous les bonnes questions !

27.10.2011

Pour sa 4e campagne de sensibilisation sur les troubles musculo-squelettiques (TMS), principale cause de maladie professionnelle en France, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé s’adresse aux entreprises pour les inciter à réfléchir aux conditions de travail de leurs salariés. Face à la souffrance au travail, les autorités demandent des réponses pragmatiques, non de grandes déclarations.

  • Une mauvaise solution, les bonnes étant à découvrir sur le site www.travailler-mieux.gouv.fr

LE MINISTÈRE a choisi le ton de l’absurde pour la campagne de sensibilisation sur les TMS qui commence aujourd’hui. À la radio, dans la presse professionnelle des secteurs particulièrement touchés et dans les magazines économiques, des affiches ou spots proposent un pack « coussins doux » pour la secrétaire aux articulations douloureuses, des ballons à l’hélium pour soulager le manutentionnaire, ou encore des trampolines pour aider l’agriculteur à hisser ses charges à l’arrière du...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires