Lutte contre le tabagisme - Les nouvelles mesures qui concernent l’officine

Lutte contre le tabagismeLes nouvelles mesures qui concernent l’officine

06.06.2011

Après avoir été en recul au cours de ces vingt dernières années, le tabagisme en France est à nouveau en hausse. Pour inverser la tendance, les pouvoirs publics sont décidés à renforcer leur lutte contre ce fléau. Dans ce contexte, le ministre de la Santé vient notamment d’annoncer que le forfait annuel alloué aux candidats à l’arrêt du tabac sera multiplié par trois pour les femmes enceintes. Xavier Bertrand indique également la fin du remboursement du Champix et l’interdiction de la vente en pharmacie de cigarettes électronique.

  • Une nouvelle campagne au ton décalé qui s’adresse prioritairement aux adolescents

EN FRANCE, le tabac reste la première cause de mortalité évitable, avec 60 000 décès par an. « Comment pouvoir accepter cette réalité, à savoir qu’un fumeur sur deux décédera d’une pathologie liée à son tabagisme ? Et comment ne pas réagir en constatant, comme les chiffres du Baromètre santé 2010 l’attestent, que la consommation de tabac connaît actuellement une hausse significative », s’inquiète la secrétaire d’État à la Santé, Nora Berra, dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires