Plus de trente ans après la première alerte - Trois députés partent en guerre contre l’ambroisie

Plus de trente ans après la première alerteTrois députés partent en guerre contre l’ambroisie

18.04.2011

Trois députés UMP lancent un appel et un comité parlementaire pour lutter contre l’ambroisie, une plante très allergisante qui, partie du Rhône, a progressivement envahi d’autres départements. La présidente de l’Association française d’étude des ambroisies, le Dr Chantal Déchamp, s’étonne de cette mobilisation qui intervient avec trente ans de retard.

  • Une plante très envahissante et très allergisante

L’INITIATIVE vient donc de députés directement concernés par cette plante envahissante qui s’est développée dans le département du Rhône à partir des années 1960 pour gagner l’Isère, la Drôme, puis largement déborder de la région Rhône-Alpes, faute d’une politique d’éradication digne de ce nom. Tous trois rangés sous la bannière UMP, Jacques Remiller, député-maire de Vienne (Isère), Alain Moyne Bressand, député de l’Isère, et Jean-Marc Roubaud, député maire de Villeneuve-lès-Avignon (Gard...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
homeo

À la Une Homéopathie : les granules de la discorde Abonné

La tribune fustigeant l'homéopathie signée de 124 professionnels de santé, parue le 18 mars dernier, et soutenue à ce jour par plus de 2 400 personnes, n’en finit plus de faire des vagues. La polémique ne cesse d’enfler et pousse sociétés savantes, agences sanitaires et gouvernement à prendre position sur la place de l’homéopathie dans l’arsenal thérapeutique. 1

Partenaires