Remise en cause du conseil, contrefaçon, surconsommation - Médicaments sur Internet : les pièges de la toile

Remise en cause du conseil, contrefaçon, surconsommationMédicaments sur Internet : les pièges de la toile

15.04.2010

L’idée d’autoriser la vente à distance de médicaments via Internet suscite de nombreuses réserves de la part des syndicats d’officinaux. Pour eux, une telle mesure risque de remettre en cause l’intérêt du conseil pharmaceutique, de pousser à la surconsommation et d’encourager la contrefaçon de spécialités.

  • Le passage au virtuel : un virage difficile à négocier

LA PERSPECTIVE d’autoriser la vente de certains médicaments sur Internet provoque des remous. La semaine dernière, le ministère de la Santé avait convié les syndicats d’officinaux, l’Ordre des pharmaciens, le LEEM (Les entreprises du médicament), la DGCCRF* et L’AFSSAPS** pour réfléchir à l’encadrement de la vente par des officines de médicaments sur Internet. Pour les pouvoirs publics, il s’agit de mettre la législation française en accord avec une jurisprudence européenne, le fameux...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires