Vaccination contre le virus A(H1N1) - Les femmes enceintes et les enfants d’abord

Vaccination contre le virus A(H1N1)Les femmes enceintes et les enfants d’abord

14.09.2009

Le Haut Conseil de la santé publique vient de rendre son avis définissant les groupes de population prioritaires à la vaccination contre le nouveau virus A(H1N1). Les femmes enceintes, les nourrissons de 6 à 23 mois et l’entourage des bébés de moins de 6 mois seront donc les premiers à pouvoir bénéficier d’une protection, tout comme les personnels de santé. Sur cette base, Roselyne Bachelot proposera dans quinze jours une stratégie vaccinale.

AVEC PLUS de 50 000 consultations pour syndrome grippal recensées la semaine dernière, le seuil épidémique vient d’être dépassé en France, selon le réseau Sentinelles de l’INSERM. Toutefois, « il faudra attendre une seconde semaine pour confirmer le dépassement de ce seuil et valider l’arrivée de l’épidémie en France », souligne le Dr Thierry Blanchon, responsable du réseau. « Ces cas ne sont pas tous des cas de grippe confirmée », précise-t-il. Quoi qu’il en soit, le virus dominant est...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires