Coronavirus : Sandoz gèle le prix de ses anti-infectieux

Coronavirus : Sandoz gèle le prix de ses anti-infectieux

Marie Bonte
| 28.02.2020
  • sandoz

Alors que l’épidémie de Covid-19 risque, si elle persiste, de compromettre l’approvisionnement des médicaments, le génériqueur Sandoz prend des mesures contre la spéculation et gèle les prix de ses principaux médicaments antiviraux et antibiotiques.

Une réponse à la crise et une anticipation face aux risques de spéculation qui pourraient découler des ruptures d’approvisionnement en principes actifs. Sandoz a décidé de geler les prix d’un panier de médicaments essentiels « pour le traitement des cas de coronavirus, spécialement les antiviraux destinés à réduire l’impact du coronavirus et les antibiotiques visant à combattre la pneumonie ».

Richard Saynor, PDG de Sandoz, laboratoire de génériques, filiale de Novartis, annonce cette mesure sur son compte Linkedin et expose les raisons qui ont conduit son groupe à se positionner sans délai : « Je reçois de nombreuses questions sur le fait de savoir si la situation en Chine va affecter les approvisionnements en médicaments génériques essentiels dans le reste du monde. (…)  Bien que nous pensons détenir des niveaux de stock de sécurité solides dans mon entreprise, il est difficile de prédire comment la situation évoluera au fur et à mesure que le virus se propagera dans de plus en plus de pays. » Il indique réagir tout spécialement à des informations particulièrement préoccupantes en provenance d’Inde, qui font état « d’une augmentation des prix jusqu’à 70 % des médicaments de base, tels que les analgésiques et les antibiotiques, en raison d'un resserrement de la situation de l'approvisionnement en ingrédients pharmaceutiques actifs (API) hors de Chine ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacie

À la Une Activité officinale : le calme après la tempête

Après avoir connu deux vagues records correspondant l'une à l'afflux de demandes de paracétamol et de renouvellement d'ordonnances, l'autre à des prescriptions insolites en hydroxychloroquine, l'activité officinale est en chute libre depuis dix jours. Comment faire face à cette situation inédite sans trop de casse ? Commenter

Partenaires