Coronavirus : à Bordeaux, un patient traité par du remdesivir

Coronavirus : à Bordeaux, un patient traité par du remdesivir

Charlotte Demarti
| 17.02.2020
  • chu bordeaux

Le patient infecté par le coronavirus qui était hospitalisé à Bordeaux, a reçu du remdesivir, un médicament qui serait à ce jour le traitement le plus prometteur contre le coronavirus.

Le patient de 48 ans infecté par le nouveau coronavirus qui était hospitalisé au CHU de Bordeaux est sorti après 22 jours d'hospitalisation. Or ce patient a été traité avec du remdesivir, « un antiviral prometteur », a dévoilé l’équipe médicale qui l’a pris en charge.

Le remdesivir, de l'Américain Gilead, « agit directement sur le virus pour empêcher sa multiplication », explique le Pr Denis Malvy, responsable de l'unité maladies tropicales et du voyageur du CHU Pellegrin. « C'est une petite molécule capable de gagner l'ensemble des compartiments de l'organisme et dont on sait qu'elle diffuse parfaitement dans les poumons, organe cible de la maladie », détaille-t-il, en précisant que le médicament est administré par voie intraveineuse pendant dix jours et que le patient l'a parfaitement toléré.

Le remdesivir est aujourd'hui « le candidat prometteur le plus probant pour une évaluation », estime le médecin, en ajoutant que le choix de ce médicament avait été fait « collégialement au niveau national, en concertation avec l’Organisation mondiale de la Santé ». Il va faire l'objet d'un essai thérapeutique comparatif en Chine avec la coordination de l'OMS dans les jours à venir.

Denis Malvy a évoqué un deuxième candidat, le lopinavir, utilisé contre le VIH-Sida, associé au ritonavir, qui a fait l'objet d'un essai en Chine dont on attend les résultats.

Quant au patient de Bordeaux, « il a quitté le CHU sans signes cliniques et n'est plus du tout porteur d'aucune trace de présence du virus », a déclaré le médecin. Il continuera à être suivi régulièrement au cours des semaines à venir.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacie

À la Une Activité officinale : le calme après la tempête

Après avoir connu deux vagues records correspondant l'une à l'afflux de demandes de paracétamol et de renouvellement d'ordonnances, l'autre à des prescriptions insolites en hydroxychloroquine, l'activité officinale est en chute libre depuis dix jours. Comment faire face à cette situation inédite sans trop de casse ? Commenter

Partenaires