À la Une - Vent de panique sur le générique

À la UneVent de panique sur le générique

Marie Bonte
| 23.09.2019

La réforme des règles du non substituable (NS), prévue à la loi de financement de la Sécurité sociale 2019, et applicable dès 2020, ne menace pas seulement à terme le développement du générique. Par les réactions des fabricants qu’elle va susciter, cette disposition pourrait également provoquer un effondrement de l’économie officinale que les syndicats de pharmaciens refusent de considérer comme inéluctable.

  • ns

Les intentions étaient louables. L’article 66 de la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS 2019) qui limite strictement, à partir du 1er janvier 2020, le recours à la mention non-substituable (NS) pour les seules situations médicales définies par un arrêté ministériel, aurait dû provoquer une montée en puissance du générique telle que la connaissent certains voisins européens. Mais les syndicats de pharmaciens ont rapidement découvert le pot aux roses. Selon eux, loin de...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires