Ruptures d’approvisionnement - La réponse des pharmaciens Apodis

Ruptures d’approvisionnementLa réponse des pharmaciens Apodis

Marie Bonte
| 18.03.2019

Grâce à la plateforme Apodis, les pharmaciens prennent la problématique des ruptures à bras-le-corps. Ils mettent leurs data à disposition de laboratoires partenaires dont ils attendent, en contrepartie, des solutions en temps réel.

Un pharmacien titulaire consacre en moyenne 5,6 heures (1) par semaine à la gestion des ruptures d’approvisionnement et de pénuries de médicaments. Une charge non négligeable dont Thomas Brunet, titulaire à l'Ile-Bouchard (Indre-et-Loire), a décidé de se soulager en créant sa propre solution, Apodis.

Elle est conçue pour s’attaquer aux ruptures d’origine logistique avec, en ligne de mire, une réduction de leur fréquence de 20 à 30 %. Son principe repose sur...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
baisse

ROSP générique : pour la FSPF, le compte n’y est pas

Les pharmaciens toucheront cette année en moyenne 2 213 euros de moins au titre de la ROSP générique. Un effondrement jugé inacceptable par la FSPF. Le paiement de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour la... 5

Partenaires