À la Une - Biosimilaires : la substitution est déjà possible

À la UneBiosimilaires : la substitution est déjà possible

Mélanie Maziere
| 14.02.2019

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer.

  • Pascal Brière 2

Le Quotidien du pharmacien.- Vous avez publiquement pris position en faveur de la substitution biosimilaire par les pharmaciens d’officine. Pour quelles raisons ?

Pascal Brière.- À l’instar de ce qui a été fait lors de la mise en œuvre des génériques, il n’y a aucune raison d’écarter le pharmacien du développement des biosimilaires. Il faut s’appuyer sur le triptyque médecin-pharmacien-patient. Les médecins hospitaliers sont favorables aux biosimilaires, nous voyons...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
cochon

Bilans de médication : les syndicats demandent des comptes

Selon les chiffres communiqués par la CNAM, moins de la moitié des bilans partagés de médication a donné lieu à une rémunération du pharmacien. L’USPO et la FSPF s’accordent pour réclamer leur paiement sans délai. Lors d’une... 4

Partenaires