Une nouvelle stratégie pour le selfcare - Un parcours pharmaceutique, sous le contrôle du pharmacien

Une nouvelle stratégie pour le selfcareUn parcours pharmaceutique, sous le contrôle du pharmacien

Mélanie Maziere
| 07.02.2019

Pour la première fois, le marché du selfcare est en recul sur l’exercice 2018. Dispositifs médicaux et compléments alimentaires n’ont pas pu compenser la deuxième année de baisse du marché de l’automédication. Loin de baisser les bras, les industriels révèlent une nouvelle approche stratégique où le pharmacien occupe une place centrale.

  • pharmacie

Après une chute de 5,3 % en valeur en 2017, le marché de l’automédication ne parvient pas à redresser la barre en 2018 et affiche un recul de 4,6 %, à 2,1 milliards d’euros. Les médicaments non remboursables sont les plus touchés (- 5,3 %) mais les remboursables ne sont pas épargnés (- 2 %). Tous les segments, à l’exception de la dermatologie, sont impactés. Celui des voies respiratoires perd 44 millions d’euros (- 9,1 %) quand l’antalgie recule de 31...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires