Prescription de biosimilaires - Les patients veulent participer à la décision thérapeutique

Prescription de biosimilairesLes patients veulent participer à la décision thérapeutique

Sophie Martos
| 11.10.2018

Les associations réclament aux praticiens davantage de transparence au moment de la prescription de médicaments biosimilaires. La décision doit être systématiquement partagée, soulignent-ils.

  • biosimilaire

Efficacité, tolérance, bénéfices/risques : face au défaut d'information et d'accompagnement ressenti lors d'une prescription de médicament biosimilaire, les associations de patients appellent de leurs vœux une décision médicale pleinement partagée avec les praticiens, ce qui est loin d'être le cas.

À l'occasion d'un colloque organisé par le think tank en santé « Nile », à Paris, plusieurs associations de malades ont énuméré les problématiques relatives...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires