Biosimilaires - Le décret sur la substitution se fait attendre

BiosimilairesLe décret sur la substitution se fait attendre

Mélanie Maziere
| 19.04.2018

Alors que le rythme des lancements de biosimilaires s’est accéléré ces derniers mois et que de nouveaux acteurs font leur place sur ce marché, un point d’étape à trois voix par un rhumatologue, un pharmacien hospitalier et une représentante de patients remet les pendules à l’heure.

Le marché des biosimilaires prend de l’ampleur, il a progressé de 32 % entre 2012 et 2016 pour atteindre 206 millions d’euros de chiffre d’affaires (données GERS). Pourtant, ces biosimilaires ne représentent que 3 % du marché des biomédicaments en médecine de ville. La faute d’abord à un cadre légal et réglementaire flou.

Sonia Tropé, directrice de l’Association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde (ANDAR), se souvient de l’état des lieux de l...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
carte

À la Une Ruptures de stock : les contradictions européennes Abonné

Dénonçant « l’épuisement des stocks de médicaments » lié aux importations parallèles, une députée européenne a interrogé la Commission sur ces pratiques, mais celle-ci en a confirmé la légalité. Pourtant, comme le rappelle la pharmacovigilance, les pénuries de médicaments qu'elles peuvent engendrer, présentent parfois des risques iatrogènes. 2

Partenaires