Un pharmacien en ligne débouté par le Conseil d’État - Les 3,6 kilomètres de trop

Un pharmacien en ligne débouté par le Conseil d’ÉtatLes 3,6 kilomètres de trop

Marie Bonte
| 03.04.2018

Le Conseil d’État a estimé que l’entrepôt de la pharmacie en ligne de Philippe Lailler n’était pas à proximité immédiate de son officine physique. Une distance qui pourrait coûter cher au titulaire comme à ses confrères, dont les locaux sont jugés non conformes aux règles de bonnes pratiques de dispensation de médicaments en ligne.

À l’heure où les ARS mettent de plus en plus en cause les sites de ventes en ligne de médicaments, comme dernièrement la pharmacie du Drapeau, à Dijon, pour non-conformité de leurs locaux d’envoi et de stockage des produits, la décision du Conseil d’État du 26 mars est lourde de sens.

En effet, en déboutant Philippe Lailler, précurseur de la vente en ligne de médicament, le Conseil d’État a définitivement signifié qu’il retenait les règles de bonnes...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Dispensation adaptée : c’est parti pour deux ans Abonné

Signé le 12 février, l’avenant 20 à la convention pharmaceutique ouvre la possibilité aux pharmaciens d’officine d’adapter la dispensation de certains médicaments à posologie variable. Cette nouvelle mission en faveur du bon usage débutera le 1er juillet prochain pour une période de deux ans. Explications et réactions. 3

Partenaires