À la Une - Les autotests au banc d’essai

À la UneLes autotests au banc d’essai

Charlotte Demarti
| 15.02.2018

De plus en plus d'autotests de dépistage investissent les rayons des officines. Mais il n’est pas toujours aisé de les conseiller aux patients ou, au contraire, d'expliquer pourquoi il n’est pas utile d’y avoir recours. Pour y voir plus clair, l’Académie nationale de pharmacie a analysé 13 types d’autotests. Elle en recommande trois, en déconseille cinq et émet des réserves sur cinq autres.

  • auto

Dépister soi-même une infection au VIH, une hypercholestérolémie, une carence en fer, une hypothyroïdie, un cancer de la prostate, une sensibilité allergique… Récemment, une kyrielle d’autotests ont fait leur apparition en pharmacie.

Ils sont commercialisés essentiellement par les laboratoires Alere, Medisur et Mylan. Ces tests sont présentés comme permettant aux usagers de dépister certaines pathologies à domicile, en seulement quelques minutes… Pour un prix de vente...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Buzyn

Génériques : de nouvelles règles pour le NS

Lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a insisté sur les mesures concernant le médicament et les pharmaciens. Après s'être félicitée... 1

Partenaires