Cinq lanternes rouges  Abonné

Par
Publié le 15/02/2018
Certains tests n’apparaissent pas utiles cliniquement, et peuvent même présenter un risque pour le patient. C’est le cas des autotests de dosage des PSA, des anticorps contre Helicobacter pylori, contre la maladie de Lyme, les autotests de dépistage d’une allergie et de dépistage du cancer colorectal. Ils sont à proscrire, selon l’Académie de Pharmacie.

Premiers sur la touche : les autotests de dosage des PSA, qui sont clairement à déconseiller, selon l’Académie de pharmacie. « L’officinal doit dissuader l’achat à l’aveugle d’un tel test de dépistage du cancer de la prostate, qui vise à estimer si la concentration de PSA est inférieure ou supérieure à 4 microgrammes/ml. Une interprétation des résultats peut s’avérer délicate et conduire à des diagnostics faussement négatifs ou positifs », met en garde Liliane Grangeot-Keros.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte