Thérapie génique ?

Thérapie génique ?

Mélanie Maziere
| 07.02.2018

Selon la définition de l’INSERM, la thérapie génique consiste à utiliser des acides nucléiques (ADN ou ARN) pour soigner une pathologie, soit en remplaçant un gène défectueux par un gène fonctionnel, soit en délivrant un gène à action thérapeutique, soit en administrant un ARN capable de bloquer ou de réguler l’expression d’un gène altéré. Si les gènes sont aussi utilisés en biotechnologie pour produire des protéines pures qui servent de substances biopharmaceutiques (insuline, hormone de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

À la Une ROSP 2017 : ce qu'elles rapportent vraiment Abonné

Substitution générique, accompagnement des asthmatiques, suivi des patients sous anticoagulants : plusieurs missions justifient une rémunération complémentaire à celle de la marge commerciale et des honoraires. Mais combien ces rémunérations sur objectifs de santé publique (ROSP) rapportent-elles, en moyenne, aux pharmaciens ? Commenter

Partenaires