Une cure thermale pour le sevrage aux benzodiazépines

Une cure thermale pour le sevrage aux benzodiazépines

Mélanie Maziere
| 06.02.2018
  • Cure thermale

La Caisse nationale d'assurance-maladie vient de valider la prise en charge à 50 % d'un protocole de sevrage aux anxiolytiques en cure thermale. Une véritable reconnaissance médicale pour les Thermes de Saujon, à l'initiative de ce programme de soins.

Depuis leur création en 1860, les Thermes de Saujon, situés en Charente-Maritime, sont spécialisés dans la prise en charge de patients dits anxieux ou nerveux. Avec l'avènement de la Pharmacopée moderne, ils ont mis en place...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ameli

Déclaration des ROSP : le délai est prolongé

Les pharmaciens retardataires ont jusqu’au 29 mars - au lieu du 18 mars - pour déclarer les nouvelles ROSP. La saisie sur « Amelipro » des nouvelles ROSP des pharmaciens est prolongée jusqu’au 29 mars 2019 à la place du 18 mars... Commenter

  • À la UneL'automédication à la recherche d'un second souffle

    Abonné
    OTC

    Marché en berne, définition floue, voire négative, défiance des usagers, concurrence de produits sans AMM et hors monopole :... Commenter

  • DiagnosticCoton, l'énigme !

    Abonné
    coton-tige

    Il fallait au moins les talents d'enquêteur du Dr House pour résoudre cette difficile énigme médicale. Un homme de 31 ans se présente aux... Commenter

  • HumeurLettre aux Français

    Abonné

    Mes chers concitoyens, Je vais vous en raconter une bien bonne. Je m'éclatais sur une piste des Hautes-Pyrénées quand le téléphone sonna.... Commenter

Partenaires