Prévention non médicamenteuse - Comment changer les comportements

Prévention non médicamenteuseComment changer les comportements

Christine Nicolet
| 17.11.2016

Bien que convaincus des bienfaits des méthodes de prévention, les Français les suivent de manière inégale car ils se sentent insuffisamment informés. L'un des axes prioritaires des acteurs du système de santé est de les accompagner au quotidien et à long terme pour les faire adhérer à une « prévention active ».

Nutrition, activité physique, gestion du stress sont au cœur des réformes engagées dans notre pays pour accélérer la transition d'une médecine curative vers une médecine préventive. Le tout-médicament est loin d'être la panacée pour prévenir certaines maladies ou leurs complications. Les Français en sont persuadés : les médicaments ne sont pas les seuls facteurs d'une bonne santé. Selon le sondage réalisé par l'Ifop pour la Fondation Pileje, 76 % des interviewés estiment que des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires