Une mortalité globale diminuée de 20?% - Les oléagineux, une poignée par jour pour vivre longtemps

Une mortalité globale diminuée de 20?%Les oléagineux, une poignée par jour pour vivre longtemps

28.11.2013

Une étude menée sur deux très larges cohortes américaines suivies plus de 30 ans conclut aux bénéfices des oléagineux sur la mortalité globale et spécifique. Une preuve irréfutable des bienfaits des fruits à coque pour la santé, déjà largement loués par le passé, en particulier dans l’autre grande étude parue cette année dans le New England of Medicine en nutrition sur les effets protecteurs cardio-vasculaires du régime méditerranéen.

  • La composition nutritionnelle des oléagineux explique largement bienfaits. : teneur élevée en...

CHOUETTE, les cacahuètes ne comptent plus pour « peanuts ». Mieux, bannies à tort depuis des années de tous les régimes amaigrissants, elles se rachètent une respectabilité diététique. Car selon l’une des études les plus solides en nutrition avec un suivi de plus de 30 ans, non seulement manger des oléagineux ne fait pas grossir, et permet à l’inverse de garder la ligne, mais le grignotage d’une poignée par jour permet d’allonger la durée de vie jusqu’à 20 %. Cette très large étude menée...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires