Le pycnogénol évalué chez des femmes ménopausées - Les atouts du pin maritime pour la peau

Le pycnogénol évalué chez des femmes ménopauséesLes atouts du pin maritime pour la peau

13.02.2012

Avec l’âge, la peau accuse les signes de vieillissement liés à la dégradation progressive de l’élastine et du collagène. Une étude chez 20 femmes ménopausées apporte une preuve moléculaire du bénéfice cutané d’une supplémentation en pycnogénol, un extrait d’écorce du pin maritime contenant des oligo-proanthocyanidines antioxydantes. La supplémentation a amélioré l’élasticité (25 %) et l’hydratation (8 %) de la peau, en association avec une augmentation de l’expression du gène impliqué dans la synthèse d’acide hyaluronique.

  • PLAGE VACANCES MER BAIGNADE ETE

« ON IGNORE actuellement si les suppléments nutritionnels qui sont proposés pour lutter contre le vieillissement de la peau peuvent, en fait, exercer des effets bénéfiques sur la peau humaine au niveau moléculaire », déclarent Marini et coll. dans leur étude publiée dans « Skin Pharmacology and Physiology ».

Ces chercheurs ont donc examiné cette question chez des femmes, en choisissant le pycnogénol.

Un Bordelais, en 1948.

Le pycnogénol est un extrait d’écorce du pin maritime...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires