Contrefaçons de médicaments

Un marché plus lucratif que celui de la drogue  Abonné

Publié le 25/09/2014

« LE PHÉNOMÈNE de contrefaçon s’aggrave en Afrique : le continent connaît une réelle invasion de faux médicaments », alerte Bernard Leroy, président de l’IRACM*. Malheureusement, la situation ne risque pas de s’améliorer. D’abord, parce que le marché de la contrefaçon de médicaments est dix à vingt fois plus lucratif que le marché de la drogue : pour 1 000 dollars investis, il peut rapporter de 200 000 à 450 000 dollars, alors que le trafic de drogue n’en rapporte que 20 000. De plus, les risques encourus sont bien moindres : les sanctions pénales sont minimes, voire nulles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte