Imbroglio réglementaire

Les préparations magistrales dans la tourmente  Abonné

Publié le 25/05/2010
Un décret à tiroir, passé un peu inaperçu à l’automne 2009, porte aujourd’hui un coup terrible à la pratique des préparations magistrales à l’officine. Si l’on s’en tient au texte, les 22 000 officines françaises seraient en effet aujourd’hui interdites d’utiliser leur préparatoire. Mais l’Ordre des pharmaciens ne compte pas laisser enterrer la préparation aussi facilement et a engagé des négociations avec le ministère de la Santé. Ce dernier laisse entendre aujourd’hui que l’application de la mesure ne sera pas brutale.
Un geste qu’il faut préserver

Un geste qu’il faut préserver
Crédit photo : S. toubon

DEVREZ-VOUS bientôt ranger vos mortiers, pilons et géluliers dans le placard du fond, celui de la réserve ? Si l’on en croit le décret paru au « Journal officiel » le 24 octobre dernier (décret n° 2009-1283 du 22/10/09), ce pourrait bien être le cas. En effet, ce texte, dans lequel la profession avait surtout vu une réforme de la sous-traitance, comporte d’autres dispositions potentiellement délétères sur la pratique commune de la préparation. Explications.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte