Dialogue

Je soigne, nous soignons… mais pourquoi ?  Abonné

Publié le 14/11/2016

Un sondage* effectué auprès de pharmaciens titulaires en officine révèle que 51 % d'entre eux souhaitent disposer d'une clause de conscience. Ceux-ci estiment qu'elle pourrait être évoquée lors de « situations de fin de vie et de mise en danger de la vie du patient ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte