Risques de contrefaçons Outre-Rhin

Importations parallèles : l’Allemagne est-elle allée trop loin ?  Abonné

Publié le 29/09/2014
« Quand je délivre certains médicaments, je redoute qu’une contrefaçon arrive chez mes patients et j’ai parfois de vrais problèmes éthiques » : cet aveu public d’une pharmacienne, au cours du congrès des pharmaciens allemands qui vient de se tenir à Munich, illustre les doutes croissants des officinaux face aux importations parallèles et aux réimportations, qui constituent une part significative de leurs approvisionnements… mais facilitent largement, selon eux, l’arrivée de produits d’origine douteuse dans leurs stocks.

TOUCHÉE ces derniers mois par plusieurs cas de contrefaçons, l’Allemagne a été particulièrement choquée, cet été, par une affaire de médicaments anticancéreux volés dans des hôpitaux italiens, dont beaucoup sont arrivés ensuite chez des grossistes parallèles allemands. La plupart des produits, notamment de l’Alimta, de l’Avastin et de l’Herceptin, ont pu être saisis avant d’être délivrés aux patients, mais de nombreux grossistes en ont acheté sans connaître leur provenance réelle, l’un d’entre eux ayant toutefois décelé des anomalies qui ont contribué à mettre fin au trafic.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte