L’industriel et sa tache  Abonné

Publié le 22/04/2014

La mort de Jacques Servier a donné lieu à un concert d’injures rarement entendu en pareilles circonstances. Comme souvent dans la presse, la lapidation médiatique a hélas tenu lieu de vérité judiciaire. Si l’affaire du Médiator a incontestablement constitué « une tache », comme dit « Le Monde », il est absurde et injuste de réduire Jacques Servier, fondateur visionnaire d’une entreprise industrielle de grande valeur, à cette tache.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte