Ruptures d’approvisionnement en médicaments

Les répartiteurs contre-attaquent  Abonné

Publié le 14/06/2011
Mis en cause dans le développement des ruptures d’approvisionnement en médicaments, les grossistes-répartiteurs ont décidé de se défendre. Le président de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP), Claude Castells, affirme ainsi que la réalité du phénomène a été amplifiée avec l’objectif de modifier les règles de distribution des spécialités en France.
Les répartiteurs estiment que les ruptures de stock ne sont pas plus importantes qu’autrefois

Les répartiteurs estiment que les ruptures de stock ne sont pas plus importantes qu’autrefois
Crédit photo : dr

EN TROIS MOIS, 880 ruptures d’approvisionnement en médicaments ont été signalées auprès de l’Observatoire mis en place par l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Un chiffre qui serait en augmentation, selon le syndicat. Claude Castells, président de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP), n’est pas de cet avis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte