Un effet pervers de la mondialisation sur la production pharmaceutique

La pénurie menace la planète pharmacie  Abonné

Publié le 14/06/2011
En à peine trente ans, la mondialisation croissante a entraîné la dispersion planétaire des unités de production des matières premières pharmaceutiques. Conséquences ? Des pénuries de plus en plus fréquentes de médicaments et un impact non négligeable sur la santé publique. Inquiète de cette évolution, l’Académie nationale de pharmacie sonne l’alerte et propose plusieurs actions afin d’enrayer le phénomène.

DE PLUS EN PLUS de ruptures de stock sont dues à un défaut d’approvisionnement en matières premières. Telles celles qui concernent la cardiolysine et le technétium, évoquées par le pharmacien général de santé publique, Jacques Morenas. Deux exemples, parmi de nombreux autres, qui illustrent à point nommé le problème sur lequel l’Académie nationale de pharmacie s’est récemment penchée*. Pénurie de matières premières pharmaceutiques, mondialisation et santé publique sont étroitement liées, explique ainsi la respectable institution.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte