Constat et préconisations  Abonné

Publié le 12/09/2011

Le flop des grands conditionnements

Dans son rapport, la Cour des comptes rappelle que l’économie attendue grâce aux conditionnements trimestriels en 2007 était de « 180 millions d’euros, intégralement supportés par les pharmaciens ». La Cour souligne que « cette mesure reposait toutefois sur la propension du pharmacien à prendre l’initiative d’une délivrance de prescription qui lui est nettement défavorable financièrement ». Résultat : fin 2007 la part de ces conditionnements « n’atteignait même pas 6 % », relève la Cour.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte