Compléments alimentaires à la berbérine

L’ANSES appelle à la vigilance  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 28/11/2019
Interactions médicamenteuses multiples, risques cardiaques, hépatiques ou gastriques, toxicité pour la mère et son fœtus au cours de la grossesse… les raisons de porter attention à l’utilisation de compléments alimentaires contenant de la berbérine sont nombreuses. L’ANSES appelle patients, médecins et pharmaciens à la vigilance.

Alcaloïde présent dans différentes plantes utilisées dans des compléments alimentaires, la berbérine est principalement mise en avant pour réguler la glycémie et la cholestérolémie. Pourtant, elle ne bénéficie d’aucune allégation santé autorisée au niveau européen et il n’existe pas de réglementation commune : certains pays l’interdisent, d’autres l’autorisent, d’autres encore limitent son usage. La France oblige à la présence d’un étiquetage déconseillant son usage chez la femme enceinte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte