Équiper l'officine - Le digital, pour faire mieux avec moins

Équiper l'officineLe digital, pour faire mieux avec moins

Hakim Remili
| 20.06.2019

De nombreuses plateformes digitales permettent aujourd’hui aux établissements hospitaliers de mieux organiser le parcours de soins des patients. Mais elles fonctionnent peu avec les pharmaciens et les médecins et se concentrent surtout sur les soins postopératoires. Parallèlement, quelques prestataires digitalisent l’interprofessionnalité en partant de la médecine de ville, notamment des pharmaciens, et en tenant compte des spécificités de chaque profession. L’objectif de toutes ces initiatives est d’optimiser les ressources médicales qui tendent à diminuer en France.

  • Tableau

Le digital est plus qu’indispensable, quasiment consanguin à l’interprofessionnalité. Seul le numérique peut en effet faciliter les échanges entre les professionnels de santé tout en respectant les contraintes de chacun des corps professionnels qui composent le monde de la santé. Il permettra de fluidifier les parcours de soins à un moment où les ressources viennent à manquer : moins de médecins, des hôpitaux surchargés. Faire mieux avec moins grâce au digital c’est à cette...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires