Officine Pratique - L’officine, étape ultime de la sérialisation

Officine PratiqueL’officine, étape ultime de la sérialisation

Marie Bonte
| 17.12.2018

Dès le 9 février prochain, date à laquelle la sérialisation sera opérationnelle en Europe, toute boîte de médicament de prescription obligatoire* et d’oméprazole sera dotée d’un dispositif antieffraction et d’un identifiant unique. Il reviendra aux pharmaciens, avant toute dispensation, d’en contrôler l’authenticité auprès de la base de données nationale. C’est dire si la profession est considérée comme le dernier rempart contre les médicaments falsifiés.

  • sérialisation

Pourquoi le pharmacien d’officine français est-il intégré au dispositif ?

Certes, aucune circulation de contrefaçon n’est à déplorer dans le réseau officinal français, ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays où, régulièrement, des médicaments falsifiés franchissent le comptoir des pharmacies.

En France, les produits appréhendés chaque année et appartenant au secteur pharmaceutique, représentent un montant de 1,4 milliard d’euros, soit 3,7 % du marché...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires