La minute juridique - Gestion des plannings : ce qu'il faut savoir

La minute juridiqueGestion des plannings : ce qu'il faut savoir

Fabienne Rizos-Vignal
| 01.10.2018

Avant de s'y engager, l'employeur doit savoir ce qu'il peut imposer, et ce qu'il doit négocier lorsqu'il envisage de modifier les plannings de ses salariés. Les titulaires fonctionnent avec des équipes à flux tendu, tout en devant optimiser la qualité de l'accueil et du service au comptoir, ce qui implique d’absorber des pics imprévus d'activité ou de remplacer au pied levé un salarié absent. Quant aux salariés, leur flexibilité s'arrête à l'heure des contraintes personnelles et familiales. Idéalement, la concertation et la coopération permettent de trouver le bon tempo, mais ce n'est pas toujours le cas. Se pose alors la question de savoir ce que l'employeur peut imposer, et ce qu'il doit négocier lorsqu'il envisage de modifier les plannings.

  • infographie

La durée du travail est-elle obligatoirement formalisée ?

La durée du travail est une mention obligatoire de tout contrat de travail en officine (article 18 des dispositions générales de la Convention collective nationale de la pharmacie d'officine). Il s'agit d'un élément essentiel lors de l'embauche qui détermine la nature du contrat, à temps plein ou à temps partiel.

Un salarié à temps plein peut-il travailler au-delà de 35 heures par semaine ?

Par le jeu des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
agnès buzyn rtl

Vente à l’unité : Agnès Buzyn souligne les difficultés techniques

Invitée du Grand Jury sur RTL, le 17 mars, la ministre de la Santé s’est déclarée favorable à la vente à l’unité pour les antibiotiques et tout autre traitement de courte durée, tout en soulignant les difficultés techniques... 10

Partenaires