Officine pratique - Bien protéger son officine

Officine pratiqueBien protéger son officine

Charlotte Demarti
| 14.11.2016

Cambriolages, effractions, incendies, problèmes électriques, vol de données informatiques, autant de risques dont il faut se prémunir. Bien protéger son officine, c’est tout d’abord mettre en œuvre des moyens permettant de limiter les risques de cambriolage et d’effraction, ou encore les risques d’incendie ou de panne électrique, cette dernière pouvant notamment entraîner des conséquences pour le contenu des armoires réfrigérées. Enfin, le pharmacien, qui dispose de données confidentielles de santé sur son informatique, devra se protéger d’éventuels piratages.

  • videosurveillance

1- Protection contre le vol et les effractions

Pour protéger physiquement l’officine et son contenu, il est primordial d’en sécuriser les issues. Pour la porte principale et la vitrine, on s’équipera d’une protection mécanique telle qu’un rideau de fer muni de serrures de sûreté. « Le rideau extérieur est idéal contre les bris de glace, mais le rideau intérieur est plus efficace contre le vol, surtout s’il est couplé à une alarme avec une télésurveillance. En effet,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires