« Les kits premiers secours fonctionnent comme des produits d’achat spontané » - LAURE SABLON›

« Les kits premiers secours fonctionnent comme des produits d’achat spontané »LAURE SABLON›

02.07.2015

PRÉPARATRICE EN PHARMACIE EN CHARGE DU MERCHANDISING

  • Laure Sablon
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. – Quels sont les petits accidents les plus courants auxquels la pharmacie doit faire face ?

LAURE SABLON. – Il peut s’agir d’une personne qui s’est coupée avec un couteau de cuisine, d’un bricoleur qui s’est blessé avec un tournevis, un cutter, ou encore d’un enfant qui est tombé, ce qui est très fréquent en été. Dans tous les cas de figure, le premier geste à effectuer est le nettoyage de la plaie à l’aide d’un antiseptique ou de sérum physiologique. On peut...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires