Les adjoints au quotidien - Prendre des parts dans une pharmacie

Les adjoints au quotidienPrendre des parts dans une pharmacie

21.01.2013

De nombreux pharmaciens achètent des parts de SEL de pharmacie, soit directement pour l’exploiter en tant que titulaires, soit d’abord avec une participation minoritaire, mais qui a l’objectif de devenir un jour majoritaire, soit à titre d’investissement patrimonial. Mais attention : si la SEL procure des avantages indéniables pour l’exploitation d’une officine, l’acquisition des parts recèle certains pièges, qu’il vaut mieux éviter. Explications.

  • Grâce aux SEL,la titularisation peut se faire progressivement

AUJOURD’HUI, plus de la moitié des cessions d’officines sont effectuées par le biais d’une société d’exercice libéral (SEL), et près de 60 % des officines sont exploitées en SEL. En outre, de très nombreux pharmaciens et SEL de pharmaciens détiennent des parts dans une ou plusieurs SEL, en plus de celle dont ils sont titulaires. La société d’exercice libéral est donc devenue le vecteur numéro un pour entrer au capital d’une officine exploitée en société ou pour exploiter une officine...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires