Gestion des préparations à l’officine - Des investissements de plus en plus ciblés

Gestion des préparations à l’officineDes investissements de plus en plus ciblés

27.09.2012

Bien que le préparatoire soit potentiellement un facteur de développement, les nombreux freins à cette activité en font plus ou moins un marché de niche. L’offre s’en ressent : moins d’acteurs, des prix plus élevés, et des investissements de plus en plus ciblés. Résultat, l’innovation vise surtout les équipements des sous-traitants en préparatoire, en vue d’améliorer la sécurité et la performance de leurs outils au-delà du simple respect des bonnes pratiques de préparation. L’automatisation progresse, même si elle se heurte à la difficulté de pouvoir tout peser, poudres et liquides ne sont pas évidents à évaluer.

CELA pourrait être un marché d’avenir. Selon La Cooper, ils seraient presque 8 000 pharmaciens à réaliser des préparations à un titre ou à un autre, un chiffre non négligeable. Car la pratique de la préparation peut être envisagée comme l’une des voies de développement pour l’officine, à l’heure où celle-ci cherche à mieux se positionner confrontée à la baisse des marges et aux déremboursements de médicaments. « La préparation, c’est le cœur de métier de l’officine, beaucoup plus que la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires