SÉCURITÉ DE LA DÉLIVRANCE - Interactions médicamenteuses : un contrôle au peigne fin

SÉCURITÉ DE LA DÉLIVRANCEInteractions médicamenteuses : un contrôle au peigne fin

22.03.2012

Les éditeurs informatiques semblent avoir trouvé la parade pour lutter contre l’iatrogénie. Aidés des bases de données mises à jour régulièrement, leurs logiciels de gestion utilisent l’historique du dossier patient pour détecter d’éventuelles interactions médicamenteuses ou des contre-indications liées à leurs spécificités. Le dossier pharmaceutique a amplifié ce contrôle qui paraît quasi parfait. Sauf pour les pathologies lourdes, autour desquelles subsistent des interrogations quant à la compatibilité des informations des différentes bases de données entre elles.

LA SÉCURISATION de la délivrance a beaucoup progressé ces dernières années et notamment pour tout ce qui concerne la gestion des interactions médicamenteuses. L’introduction du dossier pharmaceutique (DP) a en effet donné une impulsion décisive aux éditeurs de logiciels auxquels il a apporté une « profondeur de champ » leur permettant de mieux exploiter l’historique des patients. Tous les éditeurs sont adossés à une ou plusieurs bases de données lesquelles permettent de gérer les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires