Les surprises du projet de loi de finances rectificative - Donations : demain, ça coûtera plus cher

Les surprises du projet de loi de finances rectificativeDonations : demain, ça coûtera plus cher

16.06.2011

Le projet de loi de finances rectificative pour 2011 qui arrivera devant les parlementaires début juillet envisage on le sait de financer la réforme de l’ISF. Ce texte revient aussi sur certains des allègements en matière de donation, prévus par la loi du 21 août 2007, sur le travail , l’emploi et le pouvoir d’achat ( loi TEPA). Si le projet est adopté en l’état, l’imposition de certaines donations va être alourdie. Peut-on anticiper cette mesure ?

  • De nouvelles règles à prendre en considération

Il est désormais assuré que l’alourdissement des droits à payer pour les donations ne s’appliquera qu’après l’entrée en vigueur de la loi de finances rectificative, soit mi-juillet au plus tôt. Le gouvernement a en effet confirmé que les nouvelles règles n’entreront en vigueur que « pour les donations effectuées à compter de l’entrée en vigueur de la loi ». Il reste donc quelques semaines pour profiter des anciens textes.

Attention, toutefois, une mesure serait d’application quasi...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires