ZOOM SUR L’EQUIPEMENT - Formes et matières au service de l’esthétique et de l’efficacité

ZOOM SUR L’EQUIPEMENTFormes et matières au service de l’esthétique et de l’efficacité

28.04.2011

Choisir son mobilier a souvent obéi à une démarche esthétique. Aujourd’hui, les pharmaciens cherchent avant tout à le rendre le plus efficace possible tout en préservant le souci du beau et la maîtrise des budgets liés à l’aménagement de leur officine. La diversité des matériaux utilisés et les progrès enregistrés dans leur mise en œuvre ainsi que les capacités de fabriquer les meubles en série tout en conservant la possibilité de les personnaliser permettent aux agenceurs de répondre à cette demande plus exigeante.

  • Certains agenceurs ont fait le choix du sur-mesure

LE MOBILIER est l’un des gros postes, sinon le plus gros, d’un budget consacré à l’aménagement d’une pharmacie. C’est aussi lui qui donne la tonalité, l’ambiance de l’officine. Les titulaires ont donc toujours été vigilants quant à cet investissement. Mais si pendant longtemps ils ont privilégié l’aspect esthétique du mobilier, ils font désormais plus attention à son efficacité. Certes, il existe encore des pharmacies dont les budgets confortables leur permettent d’aller jusqu’au bout de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires