La réforme des retraites

L’extension du domaine de la lutte  Abonné

Publié le 18/10/2010
Le lecteur ne nous en voudra pas de revenir, une fois encore, sur la crise engendrée par la réforme des régimes de retraite et par l’emprunt à Michel Houellebecq d’un de ses titres, parfaitement adapté à la situation. Le gouvernement demeure inflexible, mais, avec l’irruption dans le conflit des jeunes, des ouvriers des raffineries et des routiers, le chaos semble assuré pour la semaine qui commence et peut-être au-delà.
Une manifestation de jeunes à Paris

Une manifestation de jeunes à Paris
Crédit photo : AFP

LA MAJORITÉ ne manque pas d’arguments : la colère des adolescents, dont beaucoup sont incapables d’articuler leur argumentation ou accumulent des contre-vérités (en restant au travail, les seniors ne privent pas les jeunes de leurs chances, c’est exactement le contraire, et l’expérience l’a prouvé), est absurde et même ridicule ; l’élargissement du mouvement aux raffineries et aux routiers correspond à un moyen nouveau et pervers inventé par la CGT pour faire plier le gouvernement, car la centrale de Bernard Thibault craint que grèves et manifestations ne s’enlisent sous l’effet de l’usure

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte