Coopération interprofessionnelle

La voie est ouverte, mais encore des obstacles  Abonné

Publié le 08/09/2011
La loi Fourcade adoptée cet été présente de nombreuses avancées pour la profession en matière de coopération interprofessionnelle. Comme les représentants des officinaux le souhaitaient, les pharmaciens peuvent désormais y jouer pleinement leur rôle via de nouvelles structures juridiques, les SISA, ou par l’intermédiaire des maisons de santé. Toutefois, en pratique, la loi ne semble pas encore avoir levé tous les obstacles, au risque de laisser les confrères sur le bord du chemin.
Les pharmaciens peinent encore à trouver leur place dans les maisons de santé

Les pharmaciens peinent encore à trouver leur place dans les maisons de santé
Crédit photo : S. TOUBON

LA BATAILLE aura duré près de six mois. Finalement, au terme de longs débats parlementaires, les pharmaciens pourront prendre part aux sociétés interprofessionnelles de soins ambulatoires, alias SISA. L’enjeu est de taille car, grâce à ces nouvelles structures juridiques, les titulaires et les adjoints auront la possibilité de participer pleinement à la coopération interprofessionnelle et à l’éducation thérapeutique des patients (voir encadré).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte